Les propriétaires de panneaux solaires profitent des avantages du compteur bidirectionnel depuis un certain temps déjà. Mais avec l'avènement du compteur numérique, ce système risque de prendre fin. L'Europe veut que 80 % des foyers en soient équipés cette année, mais la date prévue en Belgique se situe plutôt à l'horizon 2030-2040. Le gouvernement flamand travaille déjà à un déploiement progressif, la Wallonie et Bruxelles n'ont pas encore établi de calendrier précis. Mais quand votre compteur classique sera-t-il remplacé par un compteur numérique - et quel impact cela aura-t-il sur le compteur bidirectionnel ? Lisez ce qui suit et vous saurez tout.

Qu'est-ce qu'un compteur numérique ?

Il y a fort à parier que vous disposiez encore d'un compteur classique avec compteur mécanique. Étant donné qu’un grand nombre de ces compteurs doivent être remplacés, ils le sont progressivement par des compteurs numériques. Ces compteurs intelligents, qui servent pour l'électricité et le gaz naturel, peuvent faire plus de choses que leurs prédécesseurs.

 

Quelques avantages du compteur numérique :

  • Votre compteur numérique transmet automatiquement vos relevés de compteurs à votre gestionnaire de réseau. Vous avez également un meilleur aperçu de votre consommation d’énergie. Pour consulter vous-même votre relevé de compteur, lisez cette notice explicative.
  • Le raccordement et la déconnexion au réseau (par exemple en cas de déménagement) peuvent être effectués à distance.
  • Un compteur numérique offre davantage de précision et est moins sujet à l'erreur.
  • Il est facile de connecter des services supplémentaires au compteur numérique, comme des applications intelligentes.
  • Grâce à la précision des données, le gestionnaire de réseau peut réagir plus rapidement à d’éventuels problèmes de qualité, comme une surtension (la tension d'un appareil électrique est beaucoup plus élevée que celle pour laquelle il a été conçu).
  • Avec l’installation d’un compteur numérique, vous pouvez immédiatement basculer du simple au double tarif. Un passage qui coûte normalement 8,50 € hors TVA.

 

Y a-t-il des inconvénients ?
Parce que votre compteur envoie quotidiennement des relevés à l'opérateur du réseau, certains craignent que leur vie privée ne soit compromise. Néanmoins, il n'y a aucune raison d’avoir peur de ce point de vue, car les données sont cryptées et envoyées via un réseau sécurisé.


Les gouvernements wallon et bruxellois précisent également très clairement qui peut utiliser les données transmises. Toute personne qui veut les utiliser – par exemple, votre fournisseur d'énergie qui souhaite vous fournir, à terme, des informations relatives à votre consommation – aura besoin de votre consentement explicite et devra se conformer aux réglementations wallonne ou bruxelloise, belge et européenne en matière de protection de la vie privée.

Quand mon tour viendra-t-il ?

En Wallonie, le déploiement du compteur numérique se fait par étapes. Sont tout d'abord concernés certains groupes cibles spécifiques, tels que les clients disposant d'un compteur à budget, ceux chez qui le compteur doit être remplacé, les nouvelles constructions et les clients qui en font la demande expresse. Cette transition doit s'achever au plus tard le 1er janvier 2023. Ensuite, l'accent sera mis sur les grands consommateurs d'énergie (plus de 6 000 kWh par an), les propriétaires de panneaux solaires (plus de 5 kWe de puissance) et enfin les gestionnaires de stations de recharge publiques et de voitures électriques. D'ici 2029, 80 % des clients de cette deuxième catégorie devraient disposer d'un compteur intelligent. Ores et RESA entameront le déploiement d'ici juillet 2020, mais uniquement pour l'électricité.

 

À Bruxelles, les compteurs intelligents seront obligatoires pour les nouveaux raccordements, les grands travaux de rénovation, lorsque l'ancien compteur doit être remplacé ou lors de l'installation de panneaux solaires. Toutefois, la priorité sera accordée aux clients possédant une voiture électrique, à ceux qui consomment beaucoup d'électricité (plus de 6 000 kWh) par an, à ceux qui possèdent une batterie domestique ou une pompe à chaleur, et enfin à ceux qui en font la demande expresse. Pour l'instant, Bruxelles n'a pas encore fixé de date limite ou d'échéance en la matière.  

Que signifie ce changement pour les propriétaires de panneaux solaires en Wallonie ?

Votre installation d'énergie solaire a-t-elle une capacité maximale en courant alternatif inférieure ou égale à 10 kW ? Si c'est le cas, vous pouvez utiliser un compteur analogique pour bénéficier du compteur bidirectionnel. Mais quel en est encore le principe ?

 

Comme vos panneaux produisent davantage pendant la journée, le surplus d'énergie est injecté dans le réseau l'après-midi. Le matin et le soir, la consommation est plus élevée, mais votre installation ne fournit pas assez d'énergie. Vous prélevez alors de l'électricité sur le réseau. Le réseau est donc utilisé comme une sorte de batterie. Le compteur bidirectionnel compense partiellement les kWh que vous prélevez sur le réseau avec ceux que vous y injectez. Il peut ainsi faire en sorte que votre facture d'électricité soit aussi proche de zéro que possible en fin d'année.


Le compteur numérique remplaçant l'analogique, de nombreux propriétaires de panneaux solaires se demandent s'ils ne vont plus pouvoir profiter de cet avantage. Quelques mots d’explication…

 

Depuis le début de l'année 2020, deux systèmes coexistent en Wallonie. Depuis lors, les propriétaires de compteur classique bénéficient d'une compensation avec un tarif prosommateur, tandis que les propriétaires de compteur intelligent reçoivent une facture basée sur le prélèvement brut.

Que signifie ce changement pour les propriétaires de panneaux solaires à Bruxelles ?

À Bruxelles, le compteur bidirectionnel a été supprimé le 1er janvier 2020, donc peu de choses vont changer pour les propriétaires de panneaux solaires habitant la Région. Ils sont également facturés sur base d'un prélèvement brut. Cependant, les petits producteurs (<5kWp) qui injectent de l'électricité non consommée sur le réseau ont droit à un mécanisme de compensation différent. Ainsi, ils ne paient que la différence entre les volumes d'électricité qu'ils prélèvent sur le réseau et les volumes qu'ils injectent sur ce dernier. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet en lisant notre article sur les primes et subventions relatives aux panneaux solaires.


On craignait généralement que l’introduction d’une imputation réelle des coûts du réseau ne réduise considérablement le rendement financier des panneaux solaires. Certains paieront en effet davantage, tandis que d’autres paieront moins. Le Gouvernement flamand travaille déjà sur une mesure compensatoire, mais aucune proposition concrète n’a encore été faite pour Bruxelles et la Wallonie. Cependant, les différents gouvernements de notre pays ont déjà indiqué que les propriétaires de panneaux solaires n’ont pas à se soucier du rendement de leur investissement, car celui-ci reste intéressant – même avec le compteur intelligent.

Convaincu des avantages des panneaux solaires ?

Découvrez si votre toit est adapté