Vous envisagez d’installer des panneaux solaires ? Dans ce cas, certaines questions vous viennent probablement à l’esprit : “quels sont les différents types de panneaux ?”, ou encore : “de quel compteur électrique dois-je disposer ?” Ci-dessous, nous passons en revue les 7 points à prendre en compte pour l’installation de panneaux solaires. Vous aurez ainsi la certitude de ne rien oublier d’essentiel.

1. Mon toit se prête-t-il à l’installation de panneaux solaires ?

Les facteurs suivants déterminent si votre toit se prête ou non à l’installation de panneaux solaires.

L’orientation et la forme du toit : mon toit est-il plat ou en pente ?
Pour obtenir un rendement optimal en Belgique, votre toit doit être orienté au sud. S’il est orienté à l’ouest ou à l’est, cette efficacité sera moindre. Il est généralement déconseillé d’installer des panneaux solaires sur un toit orienté au nord.

Les toits en pente et les toits plats se prêtent tous deux à l’installation de panneaux solaires. En Belgique, vous obtiendrez un rendement maximal en installant des panneaux solaires sur un toit en selle (forte pente), orientés vers le sud avec une inclinaison de 36°. Le rendement annuel des panneaux solaires sur des toits orientés au sud avec un angle d’inclinaison compris entre 20 et 60° est inférieur au maximum d’environ 5 %. Un toit orienté à l’est ou l’ouest avec une inclinaison de 30° offre également un bon rendement.

Si le toit est plat, il est préférable d’installer les panneaux solaires sur un cadre dont l’inclinaison est comprise entre 15° et 35°.

La couverture du toit : mon toit est-il assez solide ?
Les panneaux solaires sont installés sur une structure portante. La capacité portante de votre toit doit donc être suffisante pour supporter à la fois les panneaux et cette structure. Quasiment tous les types de couverture de toit (tuiles, roofing, etc.) conviennent à l’installation de panneaux solaires. Un toit en verre ou en chaume n’est pas assez solide ni sûr. Faites également attention à l’amiante et vérifiez l’état actuel de la couverture de votre toiture. Si celle-ci doit être remplacée, il est préférable de commencer par là.

La surface utilisable : ai-je assez d’espace dégagé sur mon toit ?
Les fenêtres de toit et autres obstacles limitent le nombre de panneaux solaires que vous pouvez installer. Les panneaux solaires les plus vendus sont rectangulaires et occupent une surface d’environ 1,6 m2. Pour répondre aux besoins d’une famille moyenne (environ 3 500 kWh/an), vous devez disposer d’une surface de panneaux solaires de 17,5 à 23,5 m2.

La superficie d’un toit plat doit être d’au moins 15 à 20 m2 afin de pouvoir y installer un système comportant minimum 8 panneaux solaires. Veillez également à ce que les panneaux soient placés suffisamment loin les uns des autres. Vous éviterez ainsi qu’une rangée de panneaux ne projette de l’ombre sur l’autre.

Existe-t-il également des panneaux plus efficaces ?
La surface de votre toit est limitée ? Les panneaux solaires à haut rendement (400 Wc) constituent dans ce cas une bonne solution. Ils sont plus chers, mais offrent un rendement de plus de 18 %. Au cours des 10 premières années, vous êtes quasiment certain(e) de bénéficier d’une puissance de 90 %, qui passera ensuite à 80 %. En comparaison avec les panneaux solaires disposant de moins de watts-crêtes (Wc), il n’y a donc pratiquement pas de perte de puissance. Il est préférable de relier des panneaux à haut rendement à un onduleur d’excellente qualité, afin que celui-ci convertisse aisément l’énergie produite.

Qu’en est-il de l’ombre ?
N’oubliez pas de tenir compte de l’ombre projetée par les autres bâtiments, les arbres, les lampadaires, les fenêtres de toit, les cheminées … Celle-ci réduit le rendement de certaines installations. Faites donc toujours appel à un installateur qui vérifiera tout cela pour vous.

La Carte solaire : puis-je ou non utiliser mon toit ?
En encodant votre adresse sur www.cartesolaire.brussels ou Zonnekaart Vlaanderen, vous recevez immédiatement une estimation de l’aptitude de votre toit à accueillir ou non des panneaux solaires. À Bruxelles, vous saurez s’il dispose d’un bon ou faible potentiel, en Flandres si votre toit est “idéal”, “utilisable”, “utilisable mais de manière limitée”, ou “non utilisable”.

Une partie particulière du toit sur la Carte solaire est colorée en bleu foncé (vert foncé pour la Zonnekaart) ? Si c’est le cas, les panneaux solaires qui y seraient placés pourraient produire plus d’énergie que celle nécessaire à la consommation de votre foyer. Des installations solaires de plus grande taille peuvent être placées sur ce type de toit.

Attention : la carte ne tient pas compte des fenêtres de toit, des panneaux/chauffe-eau solaires déjà installés sur le toit, ni de la capacité portante du toit.

2. Quel type de panneaux solaires me convient le mieux ?

Il existe deux types de panneaux solaires pour votre maison : des panneaux en silicium cristallin et des panneaux à base de cellules solaires en couche mince.

Pour la plupart des habitations, les panneaux solaires en silicium cristallin représentent le meilleur choix parce qu’ils génèrent davantage d’énergie sur une surface plus petite. C’est donc la technologie la plus utilisée.

Parmi les panneaux solaires en silicium cristallin, on distingue deux types différents : les monocristallins et les polycristallins. Ils offrent le même rendement, mais ils diffèrent sur quelques points.

Panneaux solaires monocristallins
Les cellules en silicium monocristallin sont noires, ce qui donne un aspect plus plat au toit. Les cristaux des panneaux solaires monocristallins sont posés dans la même direction, ce qui leur permet de produire davantage d’électricité en plein soleil. Ce type de panneaux solaires est donc le mieux adapté à un toit orienté au sud et doté d’une surface limitée.

Parmi les panneaux solaires monocristallins, on compte également des panneaux à haut rendement. La plupart sont dotés d’une capacité de 400 Wc, mais les fabricants travaillent d’arrache-pied sur des panneaux de plus grande capacité. Les panneaux à haut rendement atteignent une efficacité de plus de 18 % et conviennent également aux toits dont la surface est limitée.

Panneaux solaires polycristallins
Les cellules solaires en silicium polycristallin existent en différentes teintes, mais elles sont généralement bleues. Ces panneaux sont moins chers que la variante monocristalline et génèrent plus de courant en lumière diffuse en raison de l’irradiation indirecte ou latérale. Et ce parce que les cristaux sont tournés vers l’extérieur en éventail. Votre toit est orienté à l’est ou à l’ouest ? Dans ce cas, mieux vaut choisir ce type de panneaux solaires.

3. Combien de panneaux solaires dois-je installer ?

Le nombre idéal de panneaux solaires dépend de votre budget, de l’espace disponible et de votre consommation. Ce n’est donc pas une bonne idée de recouvrir toute la surface de votre toit de panneaux solaires pour produire autant d’électricité que possible. Plus votre installation solaire est grande et plus la puissance du ou des onduleur(s) est importante, plus élevé sera votre tarif prosommateur. Il s’agit de la redevance que tous les propriétaires de panneaux solaires avec compteur inversé paient pour la partie non comptabilisée de leur utilisation du réseau de distribution. En savoir plus ? Vous trouverez davantage d’informations ici.

Un installateur expérimenté vous aidera à calculer la quantité optimale de panneaux solaires. Vous pouvez l’estimer vous-même en suivant ces étapes :

 

  • Vérifiez votre consommation exacte sur votre facture d’électricité. Pensez également à l’avenir : avez-vous l’intention de prendre des mesures d’économie d’énergie (une meilleure isolation, par exemple) ? Est-il prévu que la famille s’agrandisse ou que vous achetiez une voiture électrique (VE) ? Tous ces facteurs vont réduire ou augmenter votre consommation, et donc le nombre de panneaux solaires dont vous aurez besoin.
  • Divisez votre consommation totale d’énergie par le facteur de conversion (= 0,85). Supposons que vous consommiez 3 500 kWh d’électricité par an. Dans ce cas, vous avez besoin d’une installation qui fournit 4 117 Wc (watts-crêtes) (= 3 500 / 0,85). Ce qui équivaut à environ 16 panneaux solaires de 260 Wc (= 4 117 / 260).

 

Votre toit est parfaitement orienté au sud (sans ombre) et la pente du toit est de 30 degrés ? Utilisez alors 0,9 comme facteur de conversion.

 

 

4. Faut-il modifier le câblage électrique et l’armoire de compteur ?

Lorsque vous installez des panneaux solaires, le câblage de votre armoire de compteur augmente. Le nombre maximum de panneaux solaires que vous pouvez connecter dépend des restrictions légales et de la puissance de votre onduleur. Si vous installez plus de 3 panneaux, il est important que l’onduleur soit connecté à un groupe séparé dans votre armoire de compteur. Si trop de courant circule dans l’onduleur, cela peut par exemple entraîner une surtension ou une panne de courant.

Il n’est pas nécessaire de placer l’onduleur dans l’armoire de compteur. Le choix de son emplacement dépend de la perte des câbles, des différents endroits où il peut être placé ou de facteurs environnementaux tels que la température ou la poussière. Pour un résultat optimal, la distance entre les câbles des panneaux solaires et l’onduleur ne doit pas dépasser 15 à 20 mètres. Cela permet de maintenir la perte du câble bien en dessous de 1 %. Le câble qui va de l’onduleur à l’armoire de compteur doit, de préférence, ne pas excéder les 20 mètres.

Il existe un autre type d’onduleur appelé micro-onduleur. Il permet également de convertir le courant continu en courant alternatif utilisable pour les appareils ménagers. Chaque panneau solaire en est équipé. Vu qu’un micro-onduleur ne couvre que la puissance d’un seul panneau solaire, sa puissance est plus faible. Avec ce type d’onduleur, les panneaux solaires n’ont aucune influence défavorable les uns sur les autres (s’il y a de l’ombre par exemple). Un micro-onduleur permettrait donc d’augmenter le rendement de vos panneaux solaires. Un autre type d’onduleur, le Power Optimizer, produit les mêmes effets que le micro-onduleur, mais il est moins cher.

5. Ai-je besoin d’un permis d’urbanisme pour installer des panneaux solaires ?

Vous souhaitez installer des panneaux solaires au sol ou sur votre façade ? Vous devez alors demander un permis d’urbanisme. Heureusement, en Flandre, il existe une exemption pour l’installation de panneaux solaires sur un toit en pente ou plat si un certain nombre de conditions sont remplies :

 

  • Les panneaux solaires sont intégrés au toit.
  • Ils sont montés à quelques centimètres au-dessus du toit existant.
  • Sur un toit plat, les panneaux solaires ne peuvent pas dépasser de plus de 1 mètre le bord du toit.
  • L’inclinaison des panneaux solaires doit être à peu près la même que celle du toit.


Cependant, pour être absolument sûr(e) de votre fait, il est préférable de vous renseigner auprès de votre commune. Il est en effet possible qu’un règlement d’urbanisme communal s’applique. Ce qui veut dire que vous devez signaler l’installation de vos panneaux solaires au moins 20 jours avant le début des travaux. Pensez également à réserver un espace de stationnement pour l’installateur et une éventuelle plateforme élévatrice. Il faut bien souvent en faire également la demande.

Si votre habitation fait partie du patrimoine protégé, l’installation de panneaux solaires est souvent interdite.

6. De quel type de compteur électrique ai-je besoin ?

Un compteur simple compte le même tarif pour toute votre consommation d’énergie. Avec un compteur bi-horaire, vous payez moins cher votre consommation d’électricité la nuit et le week-end. En utilisant vos appareils électriques durant ces heures creuses, vous réalisez une belle économie.

Vous pouvez installer suffisamment de panneaux solaires sur votre toit pour couvrir votre consommation en heures pleines et creuses ? Mieux vaut alors passer à un compteur simple. Pourquoi ? Imaginons que vous restituiez 5 kWh d’électricité au réseau pendant la journée parce que vous en consommez moins que vous n’en produisez. Le soir ou la nuit, vous devrez utiliser le réseau pour vous fournir ces 5 kWh parce que votre consommation est plus élevée. Dans ce cas, avec un compteur bi-horaire, vous devrez payer le tarif de nuit pour ces 5 kWh utilisés. Avec un compteur simple, votre consommation serait nulle.

Combien coûte le passage d’un compteur bi-horaire à un compteur simple ?
Vous disposez d’un compteur bi-horaire et vous souhaitez passer à un compteur simple ? Dans ce cas, le gestionnaire du réseau supprimera le comptage des ‘heures creuses’. Cela vous coûtera environ 70,07 € hors TVA soit 84,78 € TVA comprise. Votre compteur ou votre armoire électrique n’est pas adapté(e) à la désactivation des heures creuses ? Il faudra alors procéder à son remplacement. Contactez votre gestionnaire de réseau pour obtenir un devis gratuit. N’oubliez pas que vous récupèrerez rapidement le coût du passage à un compteur simple, parce que ce type de compteur vous permet de réaliser davantage d’économies.

Bon à savoir : vous disposez d’un compteur bi-horaire et vous voulez passer à un compteur simple ? Mieux vaut effectuer ce passage durant la période de relevé annuel de votre compteur (vous trouverez davantage d’information sur le relevé de votre compteur ici pour Bruxelles, et ici ou ici pour la Wallonie). Un relevé intermédiaire durant l’été ramène en effet votre supplément à 0. Si vous changez de compteur lors du relevé annuel, l’excédent de production de l’été pourra compenser votre consommation durant l’hiver. En savoir plus ? Cliquez ici.

Votre toit est trop petit pour couvrir l’entièreté de votre consommation d’énergie ? Choisissez le nombre de panneaux solaires en fonction de votre consommation de pointe.

7. Ai-je droit à des subsides ?

Le droit aux subsides varie selon les régions. Vous habitez en Région wallonne ? Jusqu'en 2018, le Gouvernement y octroyait la prime Qualiwatt pour les panneaux solaires. Depuis lors, il a progressivement supprimé ce soutien financier parce qu’il considère que l'installation de panneaux solaires constitue un investissement tellement rentable que les subventions ne sont plus nécessaires. Découvrez pourquoi ci-dessous.

Diminution du prix des panneaux solaires
Les installations de panneaux solaires sont devenues beaucoup moins chères ces dernières années, ce qui a considérablement raccourci la durée d'amortissement, même sans subsides.

Compteur bidirectionnel
La puissance maximale en courant alternatif de votre installation de panneaux solaires est inférieure ou égale à 10 kWh et vous avez placé celle-ci avant la fin de l’année 2020 ? Dans ce cas, vous pouvez encore faire appel à la solution du compteur bidirectionnel[MDS5] . Celui-ci permet de compenser partiellement les kWh prélevés sur le réseau par les kWh injectés sur ce dernier (obtenus par surproduction). Ainsi, grâce à ce type de compteur, le montant de votre facture d'électricité peut être proche de zéro en fin de l'année.

Taux de TVA réduit
Si votre habitation a plus de 10 ans, vous bénéficiez également d’un taux de TVA plus favorable de 6 % à l’achat de panneaux solaires. Pour les nouvelles constructions et les habitations de moins de 10 ans, ce taux de TVA est de 21 %. À Bruxelles, la réglementation est encore différente et plusieurs communes de la région accordent des primes supplémentaires pour l'installation de panneaux solaires. Renseignez-vous auprès du service de l'urbanisme ou de l'environnement pour plus d'informations.

Compteur bidirectionnel
Alors que la Flandre et la Wallonie fonctionnent avec un compteur bidirectionnel[MDS7] , la Région bruxelloise applique, elle, un principe de compensation. Un petit producteur (<5 kWp) qui injecte de l'électricité non consommée sur le réseau à droit à cette compensation. Ainsi, il ne paie que la différence entre le volume d'électricité prélevé sur le réseau et celui qu’il y a injecté.

Dans le courant de cette année, ce principe de compensation sera toutefois modifié en une compensation partielle. Les prosommateurs devront désormais payer leurs tarifs réseau sur base de leur prélèvement réel effectué sur le réseau. Ces tarifs ne seront donc plus compensés par l’injection. Toutefois, la compensation continuera de s’appliquer à d’autres éléments de votre facture, comme le prix de l’électricité. Vous payez par exemple pour l’utilisation du réseau lors du prélèvement et de l’injection d’électricité. Cette compensation pourrait à l’avenir être remplacée par une redevance distincte pour l’injection.

Certificats d’électricité verte
La Région bruxelloise continue également à délivrer des certificats verts. Ceux-ci ont une durée de dix ans, ce qui donne, pour une installation moyenne, environ 800 euros par an. Leur nombre est déterminé par un compteur vert séparé de votre compteur d’électricité. Au cours de cette année, cependant, le nombre de certificats verts accordés diminuera, en fonction de la classe de puissance de l’installation. Cette mesure ne s’applique qu’aux installations de panneaux solaires placées à partir d’avril 2020. Rien ne change donc pour les propriétaires actuels de panneaux solaires.