C'est indiscutable : le shopping en ligne a gagné en popularité depuis le début de la crise du coronavirus. Selon une étude de marché réalisée par BeCommerce, une asbl qui représente le secteur belge du commerce électronique, les produits commandés massivement en ligne sont principalement les produits physiques. Les commandes en ligne ont augmenté de dix-huit pour cent. La catégorie la plus populaire : « maison et jardin ». Les commandes de la catégorie « multimédia », elles, ont augmenté de 10 %. Logique, puisque l'on passe maintenant beaucoup plus de temps chez soi, et qu'il faut bien se distraire.

 

Au deuxième trimestre 2020, BeCommerce comptait 7,5 millions d'acheteurs en ligne et plus de 100 000 nouveaux consommateurs qui s'essayaient pour la première fois au commerce en ligne. Quatre consommateurs sur dix font aussi plus souvent leurs courses en ligne qu'avant. Le nombre de ventes en ligne est passé à 28 millions au total.

 

Et le Black Friday et le Cyber Monday sont encore à venir. Selon une estimation d'Adobe Analytics, les ventes devraient augmenter de près de 20 % cette année par rapport à la même période en 2019.

Black Friday et Cyber Monday, aussi en Belgique

Le Black Friday est un événement commercial originaire des États-Unis. Il tombe le vendredi après Thanksgiving (le troisième jeudi de novembre). Le Cyber Monday a lieu le lundi suivant, et est la réponse en ligne au Black Friday. Ces deux journées sont placées sous le signe de réductions spectaculaires chez les détaillants (en ligne) et marquent le début de la période de Noël aux États-Unis.

 

Les bonnes affaires du Black Friday et du Cyber Monday font aussi tourner les tiroirs-caisses dans notre pays. Le chiffre d'affaires augmente d'année en année, en même temps que la consommation d'énergie. Car le shopping de masse en ligne exige une grande quantité d'énergie.

© Essent

Le nombre de paiements en ligne augmente massivement

Worldline, gestionnaire de paiements en ligne, a recensé un record absolu de 10,4 millions de paiements électroniques traités juste pour le Black Friday 2019. Les effets du Black Friday se font ressentir aussi bien dans les magasins physiques qu'en ligne, mais l'impact est surtout remarquable pour le commerce électronique. Et en raison des mesures sanitaires de la crise, l'année 2020 ne fera certainement pas exception. En 2019, le Black Friday a vu le nombre de transactions de commerce en ligne augmenter de pas moins de 87 % par rapport à un vendredi normal. Le dimanche suivant était le meilleur de l'année en termes de paiements électroniques. Quant au Cyber Monday, les transactions électroniques pour des achats en ligne ont ce jour-là augmenté de 39 % par rapport à la moyenne. Pas de risque de se tromper, donc, en qualifiant ce week-end de « Black Weekend ».

© Essent

Quelle quantité d'énergie le commerce en ligne consomme-t-il ?

Surfer consomme un grand nombre de mégaoctets, mais aussi d'électricité. Quelques exemples : une recherche Google exige autant qu'une lampe allumée pendant 17 secondes. Regarder des séries ou des films sur Netflix consomme facilement 1 Go de bande passante par heure pour un téléchargement ou un flux vidéo. Et selon une estimation de chercheurs britanniques, une heure de visionnage d'une vidéo sur YouTube équivaudrait à la consommation de 5 réfrigérateurs économiques. Faites le calcul, et vous constaterez que votre compteur d'énergie « en ligne » peut bien vite exploser. Surtout pendant le « Black Weekend », lorsque toute la toile part à la chasse aux bonnes affaires.

© Essent

L'impact écologique des commandes en ligne

Toutes ces commandes en ligne doivent bien sûr aussi être livrées. Nous avons calculé les émissions de CO2 des achats du Black Friday. Pour livrer 2,8 millions de commandes, une distance de plus de 19 millions de kilomètres doit être couverte en fourgon, et 105 000 km en camion. Avec une émission moyenne de CO2 de 158,1 grammes/km (chiffres de l'Agence européenne pour l'environnement) pour les fourgons et de 900 grammes/km pour les camions, la livraison des commandes du Black Friday se traduit ainsi par une émission totale de 300 390 kg pour les fourgons et 94 500 kg pour les camions.

Que pouvez-vous faire pour réduire les émissions de CO2 ?

Cela signifie-t-il que nous ne devrions plus rien commander en ligne ? Selon les recherches, l'impact environnemental des achats dans un magasin ordinaire est tout aussi important. Mais il est certainement judicieux de recycler votre téléphone mobile, votre ordinateur portable, votre téléviseur ou votre console de jeu obsolètes. Ils contiennent en effet de nombreuses matières premières précieuses pouvant être réutilisées telles que l'or, l'argent, le palladium et l'eurodium, mais aussi le plastique et d'autres métaux. De cette manière, vous réduirez les émissions de CO2 de façon très concrète. Alors direction le parc à conteneurs après votre virée shopping pendant le week-end du Black Friday !

 


Sources:
National Geographic
Greentripper
Smartbiz