La voiture électrique rencontre un succès grandissant. Plus respectueux de l’environnement, ce type de véhicule vous permet de payer moins pour votre carburant et vous donne souvent droit à certains avantages fiscaux. Toutefois, il existe encore de nombreux préjugés vis-à-vis de la voiture électrique. Ceux-ci concernent principalement le prix, le temps de recharge et l’autonomie. Voici une liste de cinq préjugés relatifs à la voiture électrique : mais s’agit-il de mythes ou de réalités ?

1. Les voitures électriques sont chères : mythe et réalité

Les voitures électriques sont toujours plus chères à l’achat que les voitures essence ou diesel. En Belgique, vous ne recevez plus de primes lorsque vous achetez ce type de véhicule. Toutefois, en Wallonie et à Bruxelles, la taxe de mise en circulation (TMC) et la taxe de circulation sont moins élevées que pour une voiture classique. En Flandre, vous ne payez pas du tout de taxe de mise en circulation, ni de taxe de circulation.

 

Les coûts d’entretien et de carburant sont également nettement inférieurs pour une voiture électrique. Un moteur électrique nécessite généralement moins d’entretien qu’un moteur thermique, sa durée de vie est aussi plus longue et, bien entendu, vous n’avez pas besoin de faire le plein. L’électricité n’est bien sûr pas gratuite, mais la différence de prix avec les carburants classiques est très importante.

 

Un automobiliste qui parcourt 15 000 kilomètres par an paiera environ 1 125 euros s’il conduit une voiture à essence. Avec une consommation moyenne de 15 kWh aux 100 kilomètres et un prix moyen de 0,25 euro du kWh, vous payerez près de la moitié avec une voiture électrique, soit un montant total de quelque 560 euros.

2. L’autonomie d’une voiture électrique est limitée : mythe

Il est vrai que l’on peut parcourir davantage de kilomètres avec une voiture classique. Mais l’époque où il fallait recharger sa voiture électrique après seulement 150 kilomètres appartient heureusement au passé. L’autonomie des véhicules électriques s’est nettement améliorée. Différents modèles – et pas seulement les plus chers – peuvent désormais parcourir aisément 400 kilomètres avec une seule charge. Moins qu’une voiture classique, certes, mais disons les choses telles qu’elles sont : quand parcourez-vous plus de 400 km/h en une étape ?

3. Recharger une voiture électrique prend beaucoup de temps : mythe et réalité

C’est une certitude : il faut plus de temps pour recharger une voiture électrique que pour faire un plein d’essence ou de diesel. Si vous utilisez une borne de recharge standard, comptez entre 4 et 8 heures pour recharger complètement votre batterie. Il existe des stations de recharge publiques rapides, mais vous n’en trouvez pas à tous les coins de rue. De toute façon, même en vous rendant dans ces stations rapides, il vous faudra une demi-heure pour charger votre voiture à 80 %. En outre, vous ne pourrez pas ‘faire le plein’ à un prix intéressant, car ce type de station rapide est généralement assez cher.

 

Le grand avantage d’une voiture électrique, c’est que vous pouvez la recharger à domicile. Si vous utilisez votre voiture principalement pour vos déplacements domicile-travail, vous pouvez facilement la recharger pendant la nuit et ne jamais avoir à faire le plein lorsque vous êtes sur la route. Pour cela, il est préférable de procéder à l’installation d’une borne de recharge chez vous.

 

Certaines voitures utilisent également le freinage régénératif. Ce système permet de récupérer l’énergie habituellement perdue au freinage pour recharger la batterie. Celle-ci peut alors être stockée pour une utilisation ultérieure.

4. La conduite électrique n’est pas aussi durable qu’on ne le pense : mythe et réalité

Les voitures électriques ne sont pas totalement neutres en termes de CO2. De la production au recyclage en passant par leur utilisation, les émissions de CO2 générées par une voiture électrique sont évaluées à 9 tonnes, soit 2,5 fois moins qu’une voiture à moteur thermique. Un élément important à cet égard, c’est bien sûr le caractère écologique de l’énergie que vous utilisez pour ‘faire le plein’. De ce point de vue, Essent constitue une excellente alternative pour vous, car avec notre tarif d’énergie fixe ou variable, vous faites le choix écologique de l’énergie verte. Par ailleurs, aucune substance polluante n’est libérée pendant la conduite.

 

Pour recharger votre voiture électrique, il faut bien sûr produire de l’énergie. C’est pourquoi une voiture électrique est beaucoup plus durable pour les personnes qui disposent également de panneaux solaires à domicile. Ainsi, vous pouvez utiliser l’énergie produite pour recharger votre voiture, un avantage qui est devenu encore plus intéressant depuis la fin du mécanisme de compteur bidirectionnel (qui tourne en sens inverse). Chaque kWh que vous n’avez pas à injecter dans le réseau est un kWh que vous pouvez utiliser à bon escient.

5. Il y a (trop) peu de bornes de recharge : réalité

Le nombre de bornes de recharge augmente, mais reste encore beaucoup trop faible. Depuis 2019, la Belgique compte plus de 10 000 bornes de recharge. Comparons avec les Pays-Bas (leader dans l'UE) : ce pays disposait déjà de 122 000 bornes de recharge en juin 2018. Bien entendu, il faut tenir compte du fait que les Pays-Bas sont un pays plus vaste et que le nombre de voitures électriques y est beaucoup plus élevé. Fin 2020, il y avait environ 24 000 voitures électriques en Belgique et 260 000 aux Pays-Bas. En outre, les autorités ont indiqué qu’elles s'efforceraient d’augmenter le nombre de bornes de recharge.

 

Dans notre pays, environ la moitié des bornes de recharge sont actuellement installées par des entreprises. Un quart appartient à des particuliers et le reste, soit quelque 3 000, est constitué de bornes accessibles à tous, situées sur la voie publique. Cela signifie que 90 % des recharges ont lieu à domicile ou sur le lieu de travail.