Vous pensez que le terme “e-mobilité” désigne principalement les voitures électriques ? Logique, mais pas tout à fait correct. L'e-mobilité, c'est bien plus que cela : c'est un terme générique qui désigne tous les moyens de transport fonctionnant à l'électricité comme les vélos, les scooters, les bus électriques ou encore les “e-yachts”. Songez également aux trottinettes électriques sur lesquelles vous avez trébuché à plusieurs reprises, l'été dernier, dans les rues des grandes villes comme Bruxelles ou Anvers. L'e-mobilité a clairement le vent en poupe. Dans cet article, vous pouvez en comprendre la raison, quels moyens de transport sont déjà électriques et quels sont les avantages de se déplacer grâce à l’énergie électrique.

E-mobilité : en hausse dans le monde entier

Des grandes marques comme Ford testaient déjà des voitures électriques au XXe siècle, mais un véritable progrès était attendu depuis longtemps. Ce n'est que lorsque Tesla a présenté, en 2008, la première concurrente réelle à la voiture à moteur thermique que la conduite électrique a pris de l'ampleur. Des marques comme Nissan, BMW et Toyota se sont également intéressées aux voitures hybrides et électriques, et c'est ainsi que la roue s'est mise à tourner.

En Belgique, c'est surtout au cours des trois dernières années que nous avons constaté une certaine multiplication des voitures électriques. En deux ans, le nombre de voitures écologiques a même doublé dans notre pays (en 2017, il y en avait 29 942 contre 58 913 en 2019). Toutefois, la part de marché totale reste faible.

Les choses sont bien différentes pour les vélos électriques. En 2019, la moitié des vélos vendus étaient à propulsion électrique. Le speed pedelec ou e-bike (un vélo rapide qui atteint les 45 km/h) est particulièrement en vogue. En 2019, pas moins de 12 132 personnes se sont enregistrées, alors que pour les deux années précédentes, elles étaient respectivement 4 591 et 8 520.

© Cijfers afkomstig van milieuvriendelijkevoertuigen.be

Selon les chiffres de Bebat, 92 000 voitures électriques devraient circuler sur les routes belges d'ici 2025 (soit 18,4 % des voitures neuves). En 2030, il pourrait facilement y en avoir 154 000 (représentant 30 % des immatriculations de véhicules neufs).

Quels moyens de transport fonctionnent déjà à l'électricité ?

1) Les voitures électriques

La conduite électrique peut se faire de différentes manières et une voiture électrique n'est pas l'autre. Les différentes catégories de véhicules électriques peuvent se distinguer comme suit :

 

  • Hybride : une voiture hybride dispose d'une batterie, d'un démarreur/moteur électrique et d'un moteur thermique. Le moteur électrique est subordonné au moteur thermique et ne doit donc pas être chargé à une station de recharge. Le chargement se fait simplement en roulant.
  • Plug-in hybride : l'hybride rechargeable est également dotée d'un moteur électrique et d'un moteur thermique. Contrairement à l'hybride, le moteur thermique est subordonné au moteur électrique. La voiture peut donc être rechargée via une station de recharge. Si le courant s'épuise pendant la conduite, il suffit de passer sur le moteur thermique pour continuer à rouler. Les plus longues distances ne posent donc pas de problème pour une voiture Plug-in hybride.
  • Voiture électrique avec prolongateur d'autonomie : elle fonctionne entièrement à l'électricité, mais possède également un petit moteur thermique qui recharge la batterie lorsque celle-ci est faible. De cette façon, les longues distances ne posent pas de problème et vous pouvez continuer de rouler à l’électricité.
  • Voiture tout électrique : c’est la plus écologique des quatre. Cette voiture ne possède qu'un moteur électrique et ne consomme donc pas de carburant fossile. Lorsque la batterie est vide, le véhicule doit être rechargé via une station de recharge. Clairement, pour la plupart des longs trajets, la voiture électrique n'est pas la meilleure option, mais pour les déplacements domicile-travail, elle est idéale.

 

Le nombre de voitures écologiques continue d'augmenter d'année en année, bien que la part de marché de ce type de véhicules reste relative. En 2019, 6 575 nouvelles voitures équipées d'une batterie électrique ont été immatriculées en Flandre, soit presque trois fois plus que l'année précédente. Si vous ajoutez les voitures à hydrogène et au gaz naturel, ainsi que les hybrides rechargeables, vous arrivez à un total de près de 16 000 nouvelles voitures écologiques en Flandre. Cela représente une part de marché de 4,75 % et porte le total à 58 913 voitures écologiques en Flandre, ce qui correspond à une part de marché de 1,65 %.

 

2) Les vélos électriques


Tous les vélos électriques ne peuvent pas non plus être rangés dans une seule et unique catégorie. Il en existe trois types différents :

 

  • Le vélo à assistance électrique : il vous fournit une aide au pédalage et le moteur s'arrête lorsque vous dépassez les 25 km/h. Vous voulez aller plus vite ? Dans ce cas, vous ne pouvez compter que sur vous. C'est le vélo électrique le plus utilisé et il tombe sous le coup de la loi relative aux vélos.
  • Le vélo motorisé : il vous apporte une aide au pédalage, mais le moteur peut également être utilisé sans pédaler. Le vélo motorisé est également soumis à la législation relative aux vélos, mais il n'est autorisé qu'à partir de seize ans et un certificat de conformité est requis, qui garantit que la machine est conforme aux règlements techniques européens. Vous devez conserver ce formulaire, bien qu'il ne soit pas nécessaire de l'avoir dans votre poche lorsque vous roulez à vélo.
  • Le speed pedelec ou e-bike : avec lui, l’assistance au pédalage ne s’arrête pas à 25 km/h. En pédalant en même temps que le moteur, vous pouvez atteindre des vitesses allant jusqu’à 45 km/h, ce qui place le speed pedelec sous la législation relative aux vélomoteurs. Vous devez être en possession d’un permis vélomoteur ou voiture, ainsi que d’un Certificat de Conformité. Une petite plaque minéralogique est obligatoire et vous devez porter un casque de vélo ou de vélomoteur lorsque vous vous déplacez.

 

Préférez un modèle de vélo électrique le plus léger possible, facile à enfourcher grâce à son cadre abaissé. Également bon à savoir : un modèle avec motricité au niveau de la roue arrière vous donnera plus de stabilité. Alors que la voiture électrique a une part de marché relativement modeste, c’est tout le contraire pour le vélo électrique. On vend à peu près 470 000 vélos par an en Belgique, dont la moitié avec assistance électrique.

 

3) Motos et scooters électriques

 

Propulsé par un moteur électrique, l’e-scooter est une excellente alternative au scooter à essence. Selon son type, il peut atteindre en Belgique 25 km/h (vélomoteur en forme de scooter) ou 45 km/h (scooter). Le scooter électrique est plus silencieux que la version à essence et n’émet pas de gaz d’échappement.


En 2019, 3 463 vélomoteurs et motos électriques ont été vendus, c’est-à-dire plus du double de l’année précédente. Et alors même que Harley Davidson a lancé sur le marché sa première moto électrique, on s’attend à ce que ces chiffres continuent à grimper.

La technologie ne connaît pas de repos. Actuellement, il existe également des camions, des bus, des trottinettes, des avions électriques et vous pouvez même prendre la mer à bord d’un e-yacht. En lire plus sur les nouveautés et tendances en matière d’e-mobilité ? C’est possible dans cet article.

E-mobilité : la liste des avantages

Rouler à l’électricité coûte moins cher (mais le prix d’achat est considérablement plus élevé)
C’est une réalité : les voitures et vélos électriques sont plus chers à l’achat, mais le prix de l’énergie est beaucoup moins élevé que celui du diesel. Le service de dépannage VAB a testé la Nissan Leaf (d’après le nombre de demandes de primes, il semble que ce modèle de voiture électrique soit le plus populaire dans notre pays). Durant un test sur cent kilomètres, ce modèle a consommé 18 kWh. Si on présuppose que son propriétaire parcourra quinze mille kilomètres par an, on arrive à une consommation annuelle de 2 700 kWh. Sur base des tarifs les plus avantageux (c.à.d. tarifs de nuit et de week-end), il lui en coûtera 449 euros environ. Si vous comparez avec les frais de carburant d’une voiture classique consommant 5 litres aux 100 kilomètres avec un prix de 1,41 euro par litre de diesel pour 100 kilomètres (total : 1 058 euros), vous économisez pas moins de 609 euros par an.

Cependant, la question est de savoir s’il est réellement possible de recharger uniquement en période ‘basse’. Et le prix de l’énergie a beau être beaucoup moins élevé que celui du diesel, il va déjà vous falloir rouler de nombreux kilomètres avec votre voiture électrique pour amortir le coût d’achat élevé. D’un point de vue écologique, le pas est rapidement franchi en faveur de l’électricité, ce que le gouvernement s’efforce de faciliter, notamment en octroyant des primes.

Le vélo électrique a lui aussi un prix d’achat plus élevé, mais si on part d’un trajet quotidien domicile-travail de 40 km (équivalant à 695 Wh), sachant que 1 kWh coûte environ 0,23 euro, vous ne payez que 0,16 centime par jour. Sur un an, ça fait moins de 42 euros.

Dans les grandes villes, les différentes options de partage sont également intéressantes pour votre bourse. Ainsi, vous ne devez pas faire les frais d’un vélo, d’une voiture ou d’une trottinette électrique, tout en profitant malgré tout des avantages offerts par la conduite électrique. Un abonnement à, disons une trottinette partagée, s’avère en outre bien meilleur marché qu’un abonnement de bus ou de tram, tout en étant parfaitement adapté aux courtes distances en ville.

Se déplacer à l’électricité est meilleur pour l’environnement
Ici, pas besoin d’y aller par quatre chemins : plusieurs études démontrent à quel point rouler à l’électricité est tout bénéfice pour l’environnement. En Belgique, rien que le secteur du transport est déjà responsable de 22,5 % des émissions de CO2. C’est également un des secteurs où les émissions de CO2 avaient dramatiquement augmenté depuis 1990 (+23,6 %). Le secteur a également à son actif 22 % de la consommation totale d’énergie en Belgique. On peut donc mieux faire. Dans notre pays, les voitures électriques émettent 3 à 4 fois moins de CO2 au kilomètre que les voitures classiques.