Pour bâtir une société encore plus efficace sur le plan énergétique, la Flandre interdit depuis cette année d’équiper toute nouvelle construction d’une chaudière à mazout. Autrement dit, vous pouvez toujours utiliser votre ancienne chaudière à mazout, mais vous ne pouvez plus en acheter. En lieu et place, vous pouvez opter pour une chaudière à gaz, mais également investir dans une pompe à chaleur.

 

Il s’agit de l’option la plus économe en énergie et la plus respectueuse de l’environnement. En effet, une pompe à chaleur fonctionne uniquement à l’électricité et extrait la chaleur de son environnement (eaux souterraines, sol ou air extérieur). N’oubliez pas cependant que votre habitation doit être suffisamment bien isolée et qu’une pompe à chaleur est un peu plus chère et nécessite une installation plus complexe. Vous pouvez néanmoins bénéficier de primes et, grâce aux coûts énergétiques relativement faibles, votre investissement sera amorti en 10 à 15 ans. Vous portez votre choix sur une pompe à chaleur ? Voici 5 conseils pour effectuer rapidement ce changement.

Choisissez le bon type de pompe à chaleur

Il existe plusieurs grandes catégories de pompe à chaleur. Le processus d’installation et le coût sont différents pour chacune d’entre elles :

 

  • Une pompe à chaleur eau/eau extrait la chaleur des eaux souterraines. Ce qui nécessite un forage du sol. Prévoyez un investissement à partir de 15 000 euros, selon la profondeur du forage. C’est le type de pompe à chaleur le plus cher, mais son efficacité est excellente.
     
  • Deuxième type de pompe à chaleur : la pompe à chaleur sol/eau, qui puise la chaleur dans le sol. Son prix ? À partir de 10 000 euros, mais gardez à l’esprit que la surface au sol disponible doit être au moins deux fois plus grande que celle de l’habitation.
     
  • La pompe à chaleur air/eau extrait la chaleur de l’air extérieur et en augmente la température afin de chauffer l’eau d’un circuit de chauffage par le sol ou l’eau sanitaire. Cette pompe à chaleur est disponible à partir de 7 500 euros et son installation ne requiert généralement pas de gros travaux de démolition ni de couverture.
     
  • Dernier type : la pompe à chaleur air/air. Celle-ci extrait également la chaleur de l’air extérieur et la diffuse directement dans l’habitation. Ce système peut également être inversé en été afin d’évacuer l’air chaud de votre habitation. Son prix démarre à 3 000 euros. Avantage supplémentaire : ce type de pompe est très simple à installer.

 

Vous envisagez une rénovation énergétique de grande ampleur ? Optez alors pour une pompe sol/eau (que l’on appelle également pompe à chaleur géothermique). Elle est assez coûteuse, mais le résultat en vaut la peine. Vous prévoyez une rénovation de petite envergure ? Dans ce cas, une pompe à chaleur air/air est une meilleure solution. Elle est moins chère et son processus d’installation moins complexe.

Informez-vous sur les primes éventuelles

À partir de 2021, la prime sera également plus élevée pour les utilisateurs domestiques finaux qui sont raccordés au réseau de distribution d’électricité, avec application exclusive du tarif de nuit. Cette prime peut être octroyée pour les habitations ou unités résidentielles ou les immeubles à appartements situés en Région flamande, raccordés au réseau électrique au plus tard le 31 décembre 2013, ou pour lesquels le permis d’environnement pour les opérations d’aménagement urbain a été accordé il y a plus de 5 ans et si le bâtiment répond aux exigences PEB et si la déclaration PEB a été introduite dans les délais impartis. Vous trouverez davantage d’informations sur cette prime sur le site du Gouvernement flamand.

Faites enlever votre cuve à mazout

Vous devez d’abord nettoyer votre cuve à mazout, puis la faire évacuer. Votre cuve est posée en surface ? Il vous en coûtera environ 1 000 euros, et certaines communes peuvent vous accorder une prime. La cuve est enterrée ? Dans ce cas, il est préférable de faire appel à un technicien qualifié. Si celui-ci ne peut pas l’enlever, un professionnel agréé devra la remplir de sable ou de mousse afin de la rendre ‘inerte’. Pour mener à bien cette opération, il faut compter environ 2 000 euros. Vous recevrez ensuite un certificat que vous devrez conserver précieusement. Pour les cuves de plus de 10 000 litres, des analyses de sol exploratoires devront également être effectuées.

Pensez à combiner pompe à chaleur et panneaux solaires

Une pompe à chaleur fonctionne à l’électricité. Si vous souhaitez réduire vos frais d’énergie, vous pouvez combiner pompe à chaleur et panneaux solaires. Le système de chauffage le plus efficace sur le plan énergétique et le plus respectueux de l’environnement ? Le voilà !

Prévoyez suffisamment d’espace et veillez à la bonne isolation de votre habitation

Il est préférable de prévoir suffisamment d’espace pour une pompe à chaleur. Celui-ci dépend du type de pompe, mais pour une pompe à chaleur géothermique, la surface au sol disponible doit être au moins deux fois plus grande que celle de l’habitation. De plus, vous devez d’abord doter votre maison d’une isolation suffisante avant de passer à une pompe à chaleur. Car mieux votre habitation est isolée, moins les frais de chauffage sont élevés.

 

Vous cherchez une solution intermédiaire pour une nouvelle construction ? Pensez alors à un système de chauffage à basse température (comme le chauffage par le sol) avec une chaudière au gaz naturel classique. Cette combinaison est également assez efficace sur le plan énergétique, et si vous décidez plus tard d’investir dans une pompe à chaleur, vous ne devrez pas remplacer toute l’installation.