Vous devez remplacer votre chaudière et vous commencez à penser à votre nouvelle installation ? Dans ce cas, mieux vaut savoir quelles sont les chaudières disponibles sur le marché. Quelle est la différence entre une chaudière à haut rendement, une chaudière à condensation et un chauffe-eau solaire ? Et comment distinguer les types de combustibles qui assurent leur fonctionnement ? Faut-il opter pour le gaz, le mazout ou plutôt pour un combustible solide ? Dans cet article, nous examinons les différents systèmes de chauffage afin que vous puissiez faire le bon choix.

Chaudière à haut rendement (chaudière HR)

Cette chaudière fonctionne au gaz ou au mazout. Son rendement est supérieur à celui d’une chaudière à gaz classique, car elle récupère la chaleur produite par la condensation de la vapeur d’eau. Cette récupération de chaleur permet de réduire les pertes d’énergie et d’augmenter l’efficacité avec la même quantité de combustible. En outre, l’eau ne doit pas être maintenue à température constante, car une chaudière à haut rendement ne fonctionne que lorsqu’il y a une demande effective de chaleur.

Le label HR+ vous permet de reconnaître les chaudières à haut rendement fonctionnant au gaz naturel, et le label Optimaz celles au mazout. On les appelle également “chaudières à basse température”. Elles coûtent généralement entre 1 500 et 2 500 euros.

Chaudière à condensation

Il s’agit de la dernière génération de chaudières et donc également de la plus fréquemment vendue. Une chaudière à condensation fonctionne un peu comme une chaudière à haut rendement : ses performances sont supérieures grâce à la conversion de la vapeur d’eau des gaz de combustion en chaleur. Cependant, là où une chaudière HR maintient une température élevée des gaz de combustion, cette température descend sous le point de rosée dans une chaudière à condensation, ce qui permet de liquéfier la vapeur d’eau. Par conséquent, cette dernière se condense, permettant à la chaudière d’extraire davantage de chaleur et d’atteindre un rendement encore plus élevé. Ce type de chaudière fonctionne également soit au gaz naturel, soit au mazout.

Son prix se situe entre 2 500 et 5 000 euros, mais vous réalisez de belles économies sur votre facture d’énergie. Si vous souhaitez bénéficier d’un rendement maximal et d’un grand confort thermique, une chaudière à condensation est donc certainement un bon choix. Selon le type de chaudière dont vous disposez actuellement, une chaudière à condensation peut vous faire économiser jusqu’à 10 à 20 % sur vos dépenses d’énergie.

Autre avantage : si vous optez pour une chaudière à condensation à gaz et que vous habitez en Région bruxelloise, vous pouvez compter sur une prime de 700 à 1 200 euros, selon le type d’habitation. Depuis le 1er juin 2019, la Région wallonne n’octroie plus de prime pour l’installation d’une chaudière à condensation à gaz.

Chaudière biomasse

Ce type de chaudière utilise du bois (bûches) ou des pellets pour chauffer votre habitation. Certaines chaudières à biomasse peuvent également fonctionner avec de la paille, de l’huile de colza ou du miscanthus, mais celles-ci sont principalement utilisées par les agriculteurs. Avec un rendement de 90 %, une chaudière biomasse est un moyen assez efficace pour produire de la chaleur grâce à des combustibles organiques.

Surtout dans le cas où vous utilisez déjà fréquemment un chauffage d’appoint – aux pellets par exemple –, il est intéressant de prévoir un raccordement à votre chauffage central ou sanitaire afin de chauffer l’ensemble de votre habitation grâce à la biomasse. Vous trouverez un modèle de base à partir de 5 000 euros, tandis qu’une chaudière biomasse avec remplissage automatique coûte beaucoup plus cher : jusqu’à 20 000 euros. Heureusement, en Région wallonne, vous pouvez compter sur une belle prime pour votre poêle à pellets. Selon l’installation que vous choisissez, vous avez droit à une prime allant de 1 000 à 6 000 euros. Attention : celle-ci ne s’applique pas aux nouvelles constructions, mais uniquement aux habitations de minimum 20 ans. Bruxelles n’accorde pas de prime pour les chaudières biomasse. Ce qui est logique, étant donné que la demande est nettement moins élevée dans la capitale. En effet, le stockage des pellets nécessite un espace considérable, ce qui ne va guère de soi dans les logements urbains.

N’oubliez pas qu’une chaudière biomasse met plus de temps à chauffer et qu’elle prend plus de place qu’une chaudière ordinaire. Elle nécessite en outre un entretien fréquent : mieux vaut donc l’installer dans un espace aisément accessible, comme votre cave ou votre garage par exemple.

Chaudière raccordée à une pompe à chaleur

Les pompes à chaleur tirent la majeure partie de leur énergie du sol, de l’air ou de l’eau. Elles sont donc très respectueuses de l’environnement et très efficaces sur le plan énergétique. Pour un logement moyen, vous pouvez certainement vous attendre à une réduction de 50 % sur vos frais de chauffage. La pompe produit en effet de l’eau chaude sanitaire à prix modique. Elle ne consomme que 1 kWh d’électricité pour 3 kWh d’énergie thermique. Une pompe à chaleur peut certes représenter un gros investissement (elle coûte entre 7 500 et 25 000 euros), mais vous en récupérez le double en quelques années.

Il existe différents types de pompes à chaleur : eau/eau, air/eau, sol/eau et air/air. Selon le modèle choisi, votre pompe à chaleur extrait la chaleur de l’eau, de l’air ou du sol environnant votre maison ou votre appartement. En Région wallonne, les primes varient entre 500 et 6 000 euros selon le type de pompe à chaleur et selon que vous l’utilisiez pour le chauffage ou la production d’eau chaude. En Région de Bruxelles-Capitale, vous pouvez également prétendre à une prime similaire allant de 1 400 à 4 750 euros, avec un montant équivalant à maximum 25 % de la facture.

Chauffe-eau solaire

Le chauffe-eau solaire réchauffe l’eau grâce aux rayons du soleil et alimente ainsi la salle de bains en eau chaude. Il existe également des chauffe-eau solaires qui peuvent être raccordés au chauffage central. Une façon peu coûteuse et écologique de vous fournir en eau chaude. La plupart du temps, vous débourserez entre 4 000 et 6 000 euros pour votre chauffe-eau solaire. Vous avez en outre droit à une belle prime de 700 à 4 500 euros en Région wallonne et de 2 500 à 3 500 euros en Région bruxelloise.

Gaz ou mazout : que choisir ?

Le gaz naturel et le mazout sont les deux combustibles les plus fréquemment choisis pour une installation de chauffage. Leur qualité et leur consommation sont à peu près équivalentes. Une chaudière à gaz est d’ordinaire moins chère à l’achat et nécessite moins d’entretien pour une meilleure combustion. Une chaudière à mazout, en revanche, présente l’avantage de l’indépendance (stockage local) et celui de ne pas devoir vous raccorder au réseau de gaz qui entraîne également des coûts.

Dans le cadre du pacte énergétique interfédéral, la Wallonie interdira la vente de chaudières au mazout à partir de 2035. Le Gouvernement wallon examine les possibilités d’apporter un soutien financier, et des exceptions sont également prévues pour certaines zones rurales isolées. À Bruxelles, le gouvernement vise 2025 comme date butoir, et entre 2021 et 2025, il y aurait même une prime pour ceux qui passent du mazout au gaz.